Bière Artisanale et Pop Culture
17 rue Boinod 75018 Paris

Accès métro

12 4 Marcadet-Poissonniers

4 Simplon

Horaires d'ouverture

Du Mardi au Samedi17h-02h
Le Dimanche17h-24h

Follow Coin! Facebook Twitter RSS

La traite des blanches

Publié le lundi 16 janvier 2012 11:59

Previously, on supercoin.net :

… l’un de ces mots revient souvent : la bière… nous avions envie de vous proposer autre chose… de la bière artisanale française… en menant les harassantes, les fastidieuses… séances de dégustation…

Winter’s coming.
Une phalange dure d’une poignée de cointeurs est serrée autour de la table ce soir là. Leurs yeux brillent à la lueur des bougies, du reflet des flacons et de la détermination farouche de ceux qui savent qu’ils ne sortiront pas indemnes, et ne peuvent pas faillir.

Si si, goûter 9 blanches(1) en plein hiver, le ventre creux avec juste quelques malheureuses parts de pizza surgelées et l’interdiction de saboter son palais à l’huile piquante, c’était pas si fastoche !

9 nominées sur des centaines de blanches artisanales : sur la table se dressaient côtes à côtes celles dont la réputation avait chatouillé les papilles du gourou de la tribu, celles soufflées à la suggestible patronne par le caviste idoine et enfin les inconnues sur l’étagère, celles aux beaux atours qui ont tapé dans l’oeil de la (suggestible) patronne.

9 bières blanches sont goûtées des plus légères aux plus costaudes ; les résultats tombent au fil de la descente, impitoyables et étrangement partiaux sur la fin.

Ex-aequo dans la catégorie Mouébof :

– La bière du Chameau de la brasserie tourangelle de la Pigeonnelle, mention un peu trop flotteuse (bière de soif à 3,5%)
– La blanche de chez Page 24 (brasserie du Nord), mention trop classique
– La Northmaen blanche de la ferme-brasserie La Chapelle (brasserie normande), mention trop douce

Ex-aequo dans la catégorie Ahouépasmal :

– La klintzette de la brasserie Klintz (brassée chez Uberach en Alsace), mention les filles ont aimé sa douceur citronnée.
– La démenthe de la brasserie Perle (alsacienne mais brassée en Belgique), mention classique mais agréablement acide et parfumée et en plus j’aime bien l’étiquette

Ex-aequo dans la catégorie Ynouslesfaut ! :

– La blanche de la brasserie picarde Saint-Rieul, mention jolie amertume et arôme pailleux peu banals pour une blanche.
– La ribouldingue de la brasserie des Garrigues (Languedoc), mention le parfum de fruit exotique est sûrement donné par le houblon « amarillo » en infusion et c’est bien bon tout de même.
– La ribouldingue aux plantes de la brasserie des Garrigues, mention cet arôme original de pin et de romarin c’est comme si l’été était déjà là.

Et enfin, dans la catégorie Diantre, camarades, c’est elle, c’est notre pression… :

La blanche de Brie de la brasserie Rabourdin (briarde), mention super équilibre des sucres, de l’amertume et de l’acidité pour des saveurs d’épices et d’agrumes comme il se doit.

Bientôt, sur supercoin.net : retrouvez le gourou, la suggestible patronne, la naïve, le camarade, l’amie cahuète et Bob Dylan dans… BLONDES ON BLONDES.

***

(1) La vieille légende comme quoi la bière blanche serait blanche a la dent dure mais commence à être mise à mal par l’essor de l’artisanal dans le marché de la bière. Car, vous le savez sûrement, la céréale est à la canette de bière ce que l’orange est à la brique multivitaminée : la base, le corps. Or dans la blanche, la mixture fermentée n’est pas seulement à base d’orge mais aussi de blé (froment), d’où cette bière qualifiée de blanche (weissbier ou weizenbier du blé « weizen » pour les germanophiles) qui certes est souvent plus laiteuse et troublée qu’une blonde, mais pas toujours.
Et pour poursuivre dans l’analogie foireuse, les épices (la coriandre dans les plus classiques) et les agrumes sont la petite touche de banane et d’ananas de notre brique multivitaminée, que l’on aime généralement boire bien fraîche à l’ombre des figuiers chez tonton Hugolin.

Super Agenda