Le Supercoin

Bière artisanale et pop culture

Tag Archive: bière ambrée
  1. Viens donc faire un tour à l’ambrée

    1 Comment

    Previously, on supercoin.net… : de la bière artisanale française… L’équipe s’est penchée sur ces bières en menant les séances de dégustation… 9 blanches en plein hiver… Quelques semaines plus tard, 13 blondes défilaient dans nos verres… 12 bières houblonnées…

    La Bière S01E04 : Les ambrées et les rousses

    La bière artisanale tient sa richesse d’une chimie savante et sauvage, c’est ça qui est bon mais ça rend l’offre mouvante.
    Les produits d’une même brasserie sont parfois multipliés en moins de temps qu’il n’en faut pour écrire Saccharomyces cerevisiae sans google (1), les recettes valsent, parfois modifiées par goût, parfois mortes-nées car instables, voire simplement dégueulasses.

    Bref, pardonne-nous lecteur tatillon, nous n’avons pas pu goûter toutes les ambrées (2) de nos chouchoutes parmi les brasseries artisanales françaises, et d’ici qu’on ait le temps certaines auront déjà changé. À l’heure où je vous parle des rousses géniales ont sûrement pop-upé à la Cave à Bulles et voilà bien tout le charme de la biérologie : une expérience sans cesse renouvelée.

    En attendant, 11 bières ambrées artisanales sont passées devant le jury disparate et pourtant soudé du Supercoin. Bretzel et saucisson aidant, toutes ont été bues jusqu’à la lie (les levures sont nos amies, n’oubliez pas). Voilà donc notre palmarès ambré, palmé, touché… mais pas coulé  !

    Catégorie Mia Farrow « un peu pâlotte » : 

    Le doigt de Dieu de la brasserie alsacienne Uberach, mention trop faible en arôme pour une ambrée.

    Ex-aequo dans la catégorie Miss Halloway « ronde et voluptueuse » : 

    – La bière de Belle-Île de la brasserie éponyme La Morgat, mention doux arômes de cerise et de caramel, un peu d’amertume et de pétillement la rendrait peut-être plus légère.

    – L’ambrée rouge de La Franche, brasserie du Jura, mention nez de fruits jaunes pas banal pour une ambrée, manque peut-être de la bubulle là encore.

    – L’ambrée d’Esquelbecq de la brasserie Thiriez dans le Nord, mention nez fin qui évoque la rose et le bonbon.

    – L’ambrée de Saint-Rieul (brasserie picarde), mention classique, ample, bien équilibrée.

    Ex-aequo dans la catégorie Fifi Brindacier « jolie malicieuse » : 

    – La Franche de vie de La Franche de nouveau, mention une rousse foncée au nez de caramel.

    – La rouge de la brasserie Fleurac (Cantal), mention sucrée et chargée en gentiane.

    – La rouge flamande de chez Thiriez encore, mention une rouge proche des rouges Belges avec un nez céréalier.

    – La Mandubienne de la brasserie des Trois Fontaines (Bourgogne), mention belle saveur de fruits confits mêlé de cuir.

    – La rebelle de la Brasserie Franc Comtoise, mention fruits noirs à café léger, une faible longueur en bouche, c’est dommage.

    Catégorie Zora
    « Belle et reb
    elle »  :

    L’ambrée de la brasserie du Pintadier en Franche-Comté encore, mention belle amertume face à des arômes riches de pruneau et de houblon frais.

    Sur ce, ne ratez pas le dernier épisode de La bière sur supercoin.net : S01E05 « B Brunes »

    ***

    (1) Réalisé sans trucage, ou presque.

    (2) Les ambrées. Oui, alors, vous connaissez la couleur de cette résine fossilisée que les bimbos new age portent au cou ou aux doigts ? L’ambre, voilà. Et bien la bière ambrée n’est pas forcément de cette couleur voyez. Elle peut être rousse, cuivrée, brunâtre sans trop… Quoi qu’il en soit, les malts utilisés pour la brasser ont été torréfiés, mais pas trop, sinon elle est brune. C’est simple non ?